Créativité et Disruption : facteurs clés de succès de La Méta® PREMIUM

CRÉATIVITÉ ET DISRUPTION

Note de l’auteur

Créativité et Disruption sont les facteurs clés de succès de l’innovation ; vous aider à les implémenter au sein de votre organisation est l’objectif de La Méta® PREMIUM, c’est-à-dire le mien pour vous !

Entreprendre c’est innover.

Selon Joseph Shumpeterentreprendre c’est innover. L’innovation s’incarne dans l’entrepreneur. Il est le vecteur qui fait le lien entre la technologie et le marché. Sans lui, pas d’innovation ; seulement l’invention. Il en résulte que l’entrepreneur innovateur « shumpéterien » est une sorte de surhomme ! Providentiel, il est visionnaire, créatif, pragmatique, passionné, et, accessoirement, « IL » a l’intelligence de son environnement macroéconomique. Nous sommes à mi-parcours du XXème siècle…

Cet entrepreneur innovateur existe-t-il encore aujourd’hui ? Oui ; et non. Oui, pour la fonction. Sans vision, sans créativité, sans pragmatisme, sans passion et sans intelligence de l’environnement macroéconomique : pas d’innovation. Non, pour la providence. Nous sommes au XXIème siècle…
Le monde a changé. Il s’est complexifié à un degré tel que, même réunies dans un seul homme, autant de qualités ne suffisent plus à produire l’innovation. La numérisation de l’économie force encore la difficulté : la diffusion de l’innovation se doit d’être elle-même innovante ! Atteindre le marché n’est plus suffisant.

Deux facteurs clés de succès : créativité et disruption.

Cependant, le processus d’innovation n’a pas changé. Il se nourrit toujours de deux facteurs clés : créativité et disruption. La disruption est la rupture technologique acceptée, adoptée par le marché. La créativité est l’ensemble des techniques – et des intuitions – qui permettent de l’anticiper, de la prévoir et de l’apporter au marché en lui donnant forme. Rien de bien nouveau ici.

À nouvel environnement, nouvelle entité productive !

Ce qui a changé, du fait de la complexification de l’environnement, c’est la nature même de l’entrepreneur. D’individuel, il est devenu collectif ; et de collectif, il devient… itératif ! L’entreprise s’est d’abord substituée à l’entrepreneur. Comme lui, elle produisait ce que le marché demandait. C’était l’ère de l’industrialisation et de la société de consommation.

Ce qui a également changé, c’est que l’innovation incrémentale ne suffit plus aujourd’hui pour une raison toute simple : l’innovation disruptive peut apparaître à tout instant, n’importe où, et même… sans entreprise pour la porter !  Aujourd’hui, “le processus innovateur” imagine et créé le prototype de ce que le marché demandera. L’innovation créé la demande ou, a minima, l’anticipe, et le marché créé, en retour, l’entreprise idéale pour la produire…  Cela se fait par itérations multiples et successives. C’est l’ère de la numérisation et de la société de l’information.

Une méthode d’innovation a-t-elle encore un sens ?

Dès lors se pose la question du sens d’une méthode [d’innovation]. En effet, la méthode est, par nature, une démarche intellectuelle mobilisée à titre individuel. De toutes les définitions qu’on puisse donner de la méthode, aucune n’est plurielle. Pour autant que l’entrepreneur est un individu, ou même un groupe d’individus, la méthode prend tout son sens. Au moment où il devient multiple, diffus, mobile et flexible, et surtout doit se reformer « chemin faisant », à l’aulne de la moindre opportunité, aucune démarche individuelle – y compris démultipliée -, ne peut suffire. L’entité productive devient… la méthode ! En d’autres termes, la culture de l’entité productive est la méthode.

Pourquoi une méta-méthode ? La réponse est simple : une méta-méthode n’est pas [seulement] une méthode ; c’est une méthode de la méthode. C’est dire un processus, non plus seulement intellectuel mais aussi culturel, qui permet de mobiliser – voire d’inventer -, une méthodologie éphémère adaptée au traitement du problème X à l’instant T. Et ce, en fonction de ce que l’on est à cet instant « T ». Autrement dit, c’est un ensemble de principes acquis qui favorise un certain réflexe dans une certaine situation.

La Méta® PREMIUM : mobilisez… son concepteur !

Vous aider à implémenter ce réflexe dans votre organisation, à l’enraciner dans sa culture, c’est ce que je vous propose avec La Méta® PREMIUM. En vous accompagnant lors de son déploiement, je vous ferai gagner du temps. Probablement beaucoup. Mais là n’est pas l’essentiel. La Méta® méthode pour l’innovation de rupture repose certes sur les deux facteurs clés de succès évoqués plus haut, à savoir créativité et disruption, mais elle se fonde aussi sur un principe actif : l’approche systémique.

Pourtant, elle se présente de prime abord sous la forme d’un algorithme : le Tableau de Bord. Il modélise le processus d’innovation de rupture sous forme d’un descriptif des étapes gouvernant à sa réalisation. Il est ordonné comme si les relations entre les différentes étapes étaient forcément des relations de causalité chronologique… Vous l’aurez compris, cela n’est pas le cas. Mon rôle, lors de la mise en œuvre, sera de vous montrer comment prendre de la distance en regard de ce tableau de bord. Ce dernier n’est là, finalement, que par souci de simplification et d’efficacité.

Les avantages de La Méta® PREMIUM

(cliquer pour agrandir)

créativité et disruption -Meta-Premium management-de-l-innovation

(1) Priorité upgrades

Dans certains cas, la méthode de Kano ou « Les 40 problèmes de TRIZ » peuvent remplacer ou compléter la Théorie CK dans la phase de conception innovante de La Méta®. En particulier pour une innovation purement marketing pour la première, ou une innovation purement technologique pour le deuxième. Je travaille donc actuellement à les intégrer. Ces deux options ne seront disponibles qu’en version PREMIUM.

(2) Accès aux résultats de Recherche & Développement sur La Méta®

En parallèle de mes activités de formateur-conseil, je poursuis mes travaux de recherche-action sur la systémique de l’innovation. La Méta® méthode d’innovation de rupture en est d’ailleurs directement issue. Elle s’inscrit dans le droit-fil de La Boussole de l’Innovation®, déposée à l’I.N.P.I. par mes soins en 2009. La « Boussole », contrairement à La Méta®, n’est pas un outil mais une modélisation de la systémique du processus d’innovation. Elle est abordée – succinctement – dans mes sessions de formation à La Méta®, car elle en facilite l’approche épistémologique (la compréhension de la philosophie de la méta-méthode).

créativité et disruption - la boussole de l'innovation

Mes travaux de recherche actuels s’articulent autour de trois axes qui peuvent être synthétisés en trois [séries de] questions :

  1. Peut-on, dans le cadre d’une modélisation de l’environnement systémique du processus d’innovation, démontrer une relation entre la probabilité dudit processus et le stade d’évolution des systèmes dans le périmètre desquels il se réalise ?
    (Approche théorique « purement » systémique)
  2. Quelles sont les routines organisationnelles les plus déterminantes pour l’apparition et la réalisation du processus d’innovation, et… existe-t-il des « combinaisons gagnantes » ? Une méthode d’innovation a-t-elle encore un sens à l’ère de la complexité (numérisation et mondialisation de l’économie, société de l’information…) ? Une méta-méthode (méthode de la méthode), basée sur une combinatoire d’outils analytiques ayant vocation à provoquer des événements systémiques qui favorisent l’émergence d’un milieu culturel propice aux facteurs créativité et disruption, ne s’impose-t-elle pas ? Et si oui : quel serait son mode d’emploi le plus efficace ?
    (Approche « recherche-action » micro-économique sous l’angle des sciences de la gestion)
  3. Existe-t-il, sur le temps long, des indicateurs relationnels identifiables entre l’anthropologie et la technologie qui prouvent ou infirment le déterminisme du processus d’innovation ?
    (Approche socio-historique et épistémologique)
Partager les fruits de la recherche ?

Ce que je vous propose, avec La Méta® PREMIUM, c’est de partager les résultats de recherche du champ couvert par les questions de la deuxième série. Vous l’aurez sans doute déjà compris, c’est votre retour d’expérience qui l’alimentera !
Ce partage se fera par la publication de billets ouverts aux commentaires sur le blog du site. Ces billets seront les transcriptions d’articles scientifiques épurés de leurs références et éventuellement reformulés pour focaliser sur les dimensions créativité et disruption. Ce blog sera lancé dans le courant du premier semestre 2018 (le temps de la recherche n’a pas la même échelle que celui de l’action…). Le blog sera réservé aux utilisateurs PREMIUM (ou l’ayant été).

M.G.

management de l'innovation