Océan bleu : une stratégie pour l’innovation disruptive ou de rupture.

Océan bleu : la stratégie d’innovation disruptive mobilisée comme outil de validation par La Méta® d’Innovaciel®.

La stratégie Océan bleu est mobilisée par La Méta® Innovaciel® comme  outil de validation. En conséquence, elle n’est pas centrale mais complémentaire.
Le cœur de la méta-méthode Innovaciel® est la Théorie CK. La stratégie Océan bleu vient questionner – plus pour l’enrichir que pour le valider réellement -, le résultat obtenu par KCP (la méthode de la Théorie CK) lors du déploiement de la première phase de La Méta®, mais sous un autre angle d’approche.
C’est le principe EVQ (« Le vécu ») de La Méta® qui est appliqué ici.

Qu’est-ce qu’Océan bleu ?

À partir de l’analyse, sur un siècle, de la stratégie marketing de 150 entreprises innovantes Chan Kim et Renée Mauborgne, ont mis en évidence les caractéristiques communes à ces entreprises.
Partant de ces caractéristiques, ils ont pu en déduire un modèle de stratégie dont le schéma suivant montre l’axiome central et explique la préconisation d’une “innovation-valeur” comme point de départ.

Océan bleu - stratégie d'innovation disruptive

Outre la possibilité de réaliser cet équilibre, l’innovation-valeur doit remplir les conditions suivantes :

Innovation-valeur dans la stratégie Océan bleu

 

Dès lors que cette innovation-valeur est acquise, l’entreprise bénéficie d’une position privilégiée sur le marché.
Dans un premier temps, n’ayant aucune concurrence à affronter, elle peut développer ses ventes et conforter ses marges.
Dans un deuxième temps, quand les concurrents arrivent, elle aura pris suffisamment d’avance pour les tenir à distance. En effet, le principe – constant -, de respect de l’équilibre « utilité-prix-coûts » lui aura imposé le développement de routines constituant une véritable culture d’entreprise. Or, une telle culture ne se décide ni ne s’improvise. Elle se construit. Les auteurs de la stratégie ont constaté par exemple que les grands groupes, y compris leaders sur le marché concerné, sont rarement capables de se positionner en concurrents dans un tel contexte. La force d’inertie de leur propre culture est telle qu’ils préfèrent créer, ou acheter, des « startups » pour ce faire.

Pourquoi associer Océan bleu à la Théorie CK ?

C’est très simple, et évident. Pour démontrer cette évidence, arrêtons-nous un instant sur les caractéristiques de l’innovation « basique ».

schéma-innovation

Pour qu’il y ait innovation, il faut donc impérativement : nouveauté et diffusion massive. Sans cette dernière, on parle d’invention et non d’innovation.

Cependant, tant avec la Théorie CK qu’avec Océan bleu, on peut ajouter « nouvelle demande » et/ou « nouveau marché ». 

Cela dit, c’est leur seul point de jonction. En effet, la Théorie CK nous dit comment créer la nouveauté. Par contre, elle n’aborde pas la question de sa diffusion. (Ni d’ailleurs ne couvre totalement son développement. D’où la mobilisation de SCRUM, comme nous le verrons plus tard). Elle est donc davantage une théorie de la conception innovante qu’une théorie de l’innovation.

Inversement, Océan bleu ne nous dit rien en matière de conception innovante. La stratégie nous renseigne sur les caractéristiques de la nouveauté, mais seulement quand celle-ci est réalisée. Par contre, elle explicite clairement la stratégie à mettre en œuvre pour sa diffusion évidemment.

On le voit, les champs couverts par l’une et l’autre sont parfaitement complémentaires.

schéma-innovation-théorieCK-Océan-bleu

Comment la stratégie Océan bleu est-elle utilisée dans la Méta® Innovaciel® ?

Soyons clairs : déployer la stratégie Océan bleu n’est pas l’objectif principal de la Méta®. En tout cas, pas à ce niveau. Ce déploiement ne sera pris en compte qu’à la dernière étape lors du lancement du projet avec SCRUM, et… au delà ! Pour l’instant, Océan bleu n’a vocation qu’à valider le résultat de KCP.

En conséquence,  nous n’allons expliquer la façon de la mettre en œuvre – en 6 étapes -, que pour montrer comment nous en extrayons les critères de validation nécessaires à La Méta® Innovaciel®.

Étape 1 :

Océan-bleu-déploiement-étape-1

Critères : Frontières du marché (DAS) – Fonctions – Besoins – Dominant Design – Catégorisation fonctionnel vs émotionnel – Solutions alternatives

Étape 2 :

Océan-bleu-déploiement-étape-2

Critères : Motivations d’achat – Tendances – Frontières du marché (DAS)

Étape 3 :

Océan-bleu-déploiement-étape-3.jpg

Critères : Frontières du marché (DAS) – Produits et services complémentaires (Offre globale ?) – Compétences (évolutives ?) – Futurs clients (qui ?) – Communication

Étape 4 :

Océan-bleu-déploiement-étape-4.jpg

 

Critères : Praticité – Sécurité – Plaisir – Motivations d’adoption – Freins à l’adoption – Diffusion massive – Équilibre “Utilité-Prix-Coût”

Étape 5 :

Océan-bleu-déploiement-étape-5.jpg

Critères : Process (fabrication) – Organigramme – Partenariats – Compétences (nouvelles) – Image – Business Model

Étape 6 :

Océan-bleu-déploiement-étape-6.jpg

Critères : Climat social – KM

Le questionnaire Océan bleu (Questionnaire OB) de La Méta®

Dans la méta-méthode Innovaciel®, ces critères sont ensuite réordonnés suivant la logique de l’objectif poursuivi (validation du résultat KCP), puis décomposés en questions. Ces questions forment, évidemment… un questionnaire : le “Questionnaire OB” de La Méta®.

Dans la version GRATUITE de La Méta®, le Questionnaire OB (format .pdf) est à compléter « à la main » (de simples “oui/non”, ou des évaluation de 1 à 7). Une fois ce travail fait, il suffit de « compter les points » obtenus pour savoir si le résultat de KCP est validé ou non.

Dans la version PREMIUM, le Questionnaire OB, comme tous les outils de validation de La Méta®, est hébergé en ligne.

On tire, de ce traitement numérique, deux avantages substantiels :

  1. il est dynamique,
  2. il permet d’éviter le biais cognitif “Effet halo de Rosenzweig.

Dynamique :

On peut le compléter en plusieurs fois, si par exemple la validation n’est pas atteinte à la première tentative. Ce faisant, on applique le principe d’agilité de La Méta® « en toute quiétude ».

“Effet halo de Rosenzweig” :

Pour contourner ce biais cognitif, le Questionnaire OB en ligne de la version PREMIUM de La Méta® est sensiblement différent de la version .pdf.

Il est tout d’abord complètement déstructuré lors de l’application. Les questions « fusent » ! Aucun ordre n’est respecté. Cette déstructuration oblige à considérer chaque question comme un tout, indépendamment des autres. A fortiori, indépendamment de la logique de validation poursuivie.

Il est ensuite adapté et pondéré : certaines questions sont reformulées pour mieux exploiter l’outil numérique mobilisé, et chaque question est dotée d’un coefficient de pondération prédéterminé par la logique de validation.

Il est, enfin, et évidemment : intelligent !
Lors de la phase résultats (du Questionnaire OB), la logique initiale est reconstituée. Apparaissent alors les points forts et les points faibles du résultat KCP en regard de la Stratégie Océan bleu, et, au delà, une ou plusieurs préconisations pour améliorer le résultat.

innovation disruptive théorie CKOcéan bleu